Buveurs

Accueil du site > Actualités > Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

Enregistrer au format PDF Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

dimanche 22 octobre 2006, par amjad

Version imprimable de cet article Imprimer l'article  |   Envoyer par email

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

En ces temps de crise viticole et de lutte contre l’alcoolisme, quelques viticulteurs ont osé ce que d’autres pourront considérer comme un sacrilège : lancer des "boissons à base de vin désalcoolisé". Autrement dit - mais la législation interdit cette appellation - du vin sans alcool.

Icône est le dernier arrivé sur ce petit marché. En rouge (avec une "base" de merlot), en rosé (cinsault), en blanc (chardonnay, sauvignon, muscat) et même en pétillant, cette nouvelle ligne de vin sans alcool, lancée par une famille de viticulteurs du Beaujolais, sera présentée lors du Salon international de l’alimentation (SIAL) du 22 au 26 octobre et disponible début novembre au drugstore Publicis à Paris.

Encore méconnu du grand public, le vin sans alcool tente de se développer depuis une quinzaine d’années. C’est en 1988 que l’Union des caves coopératives de l’Ouest Audois et du Razès (Uccoar), en partenariat avec l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), a créé Bonne nouvelle, la première gamme de boissons à base de vin français désalcoolisé. Leur fabrication repose sur une distillation sous vide à basse température. "Ce procédé, naturel et sans ajout de conservateur, permet l’évaporation et la récupération de l’alcool", assurent leurs concepteurs.

Pionnière sur ce marché, l’Uccoar vend désormais près de 1,5 million de bouteilles sans alcool par an dans les grandes surfaces et a enregistré une croissance de 7 % à 10 % ces dernières années. "Jusqu’à présent, on travaillait du vin de table, maintenant nous allons surfer sur le cépage pour élargir la clientèle", explique Audrey Franck, chef de produit à l’Uccoar.

Qui achète cet improbable produit ? Essentiellement des personnes qui ne peuvent plus boire d’alcool pour des raisons de santé : alcooliques repentis, diabétiques, femmes enceintes. "Pour beaucoup, qui ne parviennent pas à boire de l’eau à table, c’est un substitut", explique Mme Franck.

La forme de la bouteille, la couleur de la boisson, l’étiquette, l’odeur, tout ressemble au vin - hormis le bouchon, qui se dévisse. Le goût, quant à lui, est difficile à définir. Le breuvage, plutôt âpre, ne tient pas en bouche. En rosé, il navigue entre la mauvaise sangria et le grog froid... En rouge, il s’apparente à un sirop de grenadine sans sucre.

"Il faut que ce produit soit conçu par des amoureux du vin. Il ne faut pas désalcooliser de la piquette sinon c’est imbuvable", estime Bruno Marret. Ce producteur alsacien commercialise depuis trois ans sa gamme sans alcool sous la marque La côte de Vincent et lancera bientôt une nouvelle ligne appelée No limit. "Le vin est vinifié traditionnellement avant d’être désalcoolisé, assure-t-il. A l’arrivée, il conserve un goût et un fruité. Cela reste incomparable au vin mais on parvient à en conserver l’intérêt organoleptique." Bruno Marret travaille pour l’heure avec des cavistes et des épiceries fines et tente de percer le marché des restaurants d’entreprise.

"La consommation responsable s’installe dans les mentalités", estime Cécile Selles, chez Icône. Elle se dit persuadée qu’un marché existe pour accompagner le sandwich de midi ou le fêtard de la nuit qui doit prendre le volant.

Avec moins de 0,5 % d’alcool et trois fois moins de calories que dans un vin traditionnel, ces boissons sans alcool pourraient séduire une clientèle jeune et féminine.

De 2 à 7 euros suivant les marques et les cépages, elles pourraient aussi trouver un débouché "du côté des cocktails, du vin chaud, de la sangria ou des sauces en cuisine", espère M. Marret. En attendant, on pourra toujours s’amuser à tester les connaissances en oenologie de ses convives en leur faisant croire qu’on a déniché un nouveau chardonnay...

S. Blanchard

<< Recette liqueur de litchis | Keith Urban replonge dans l’alcool au grand malheur de Nicole Kidman >>

Répondre à cet article

14 Messages de forum

  • bonjour, merci pour cet article. il est fort difficile de trouver du vin sans alcool en France. Une petite remarque au passage : le terme d’alcoolique repenti me semble un peu péjoratif et pas tout a fait adéquat. L’alcoolisme est une maladie... on ne s’en repenti pas et on n’en guérri pas non plus, mai on se soigne :) Alors, alcoolique suffirait, ou si vous y tenez "en rémission". On ne parle pas de "diabétique repenti"... et pourtant j’en connait qui ne suivent pas leur régime et comptent sur les médicament et la sécu pour compenser... merci de penser à nous, alcooliques

    Répondre à ce message

    • Par rapport au message ci-dessus je ne vois pas ce qui a de péjoratif dans l’article de plus on ne compare pas un diabétique et un alcoolique je suis désolée... Le diabétique a une maladie en lui...Si tu en connais ce type de diabétique alors ce ne sont pas ceux qui donnent l’exemple ce n’est pas non plus une généralité : je trouve cela pathétique !!! Bref... Pouvons nous acheter du vin sans alcool dans les hypers ? Merci d’avance !

      Répondre à ce message

      • Tu aurais pu parler d’alcooliques abstinent ;le terme repenti ne me semble pas non plus être très approprié à cette maladie...

        Cela dit : Rends toi sur le site bonne-nouvelle.com et www.vin-sans-alcool.com

        Bye un peu + de délicatesse la prochaine fois

        Répondre à ce message

    • Je suis choquée que vous puissiez comparer un alcoolique avec un diabétique !!! Je ne vois pas le rapport. Le diabète est une maladie ! L’alcoolisme est un vice ! Je sais de quoi je parle... mon grand-père était alcoolique... et mon fils est diabétique ! et c’est incomparable !

      bref, moi j’aimerai savoir si on peut trouver du vin sans alcool dans le commerce, genre super marché ou caviste, en région parisienne.

      Merci de votre réponse.

      Répondre à ce message

  • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

    8 décembre 2007 22:14, par Tom

    bonjour...

    j’ai trouvé l’article un peu court en ce qui concerne les vertus spécifiques du vin désalcoolisé : sont-elles intactes ? ce n’est pas un détail, car en ce cas, ce que vous appelez "une improbable boisson" peut interesser une plus large gamme de personnes, toutes celles, en "gros", qui ont quelque souci de leur BONNE santé, et qui ne consomment pas le vin pour l’alcool, mais pour ses anti-oxydants, les vertus cardio vasculaires..Et le plaisir du gout. ce ne serait plus un ersatz d’eau, mais bien mieux que ça...

    Répondre à ce message

    • J’ai eu l’occasion de boire plusieurs "Vins sans alcool" et il faut dire que c’est chez un pro du vin, un CAVISTE à LYON que j’ai bu le meilleur vin désalcoolisé sous l’appellation Cote de Vincent, alors qu’en grande surface j’avais gouté effectivement deux "ertsatz" pas cher certe 3euros mais pas bon.

      Répondre à ce message

  • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

    16 juillet 2008 14:08, par BOUBOU
    Bonjour. Nous sommes des consommateurs de boissons sans alcool (vin blanc - vin rosé et champagne). Je me posais la question suivante. Est-ce que les diabétiques peuvent boire ce genre de vin (en guise d’apéritif ou en mangeant). Parce que les vins sont désalcoolisés, mais est-ce qu’ils comportent du sucre ? Merci de me répondre assez rapidement. Je vous en remercie. Bien à vous

    Répondre à ce message

    • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool 16 septembre 2008 09:57, par laurent
      J’ai eu la même réflexion car je bois aussi du vin sans alcool. J’ai envoyé un mail à un viticulteur en Alsace qui s’appelle la cote de Vincent et il m’a répondu que le sucre contenu etait celui d’origine du vin, ni plus ni moins. Pour le riesling, il ya 4g de sucre par litre. donc acceptable.

      Répondre à ce message

    • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool 6 juin 2011 16:12, par Mathilde

      Bonjour, le vin sans alcool Bonne Nouvelle contient de l’extrait naturel de Stevia et non de sucre. Outre la suppression de l’alcool, l’utilisation d’extrait de Stevia permet qu’un verre de Bonne Nouvelle n’apporte que 4 kcal, au lieu de 70 kcal pour un verre de vin alcoolisé. Une alternative idéale pour ceux et celles contraints de suivre un régime particulier.

      J’espere avoir apporté une réponse utile à votre question !

      Voir en ligne : http://www.bonne-nouvelle.com/infos...

      Répondre à ce message

  • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

    14 février 2011 11:49, par mrc
    Pour infos les premiers vins "sans alcool" date vers 1908

    Répondre à ce message

  • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

    8 décembre 2011 08:35, par OLIVIER
    Très bien fait l’article. Ce que je déplore c’est qu’il est très difficile d’en trouver dans les grandes surfaces souvent à cours de stock et lorsque la vente se porte bien pour eux les prix flambent. J’ai commencé àconsommer ce vin sans alcool, il y a 5 ans il était à l’époque à 1 € environ la bt je l’ai trouver dernièrement à 4.25 € c’est inadmissible. PLUS cher QUE LE coca. Dommage on voit bien que tout est bussiness.

    Répondre à ce message

  • Du blanc, du rosé, du rouge... mais sans alcool

    21 mai 2012 18:06, par Vidalinc Maryse
    Où acheter du vin sans alcool ? Est-il possible d’avoir des adresses de producteurs ?

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Suivre la vie du site Flux RSS | Add to Google | | Plan du site | Espace privé

  HebdotopHebdotop